en|fr
Au cours des années 1990, Florence Lazar travaille principalement le genre du portrait photographique avant d’intégrer, à la fin de la décennie, la vidéo à sa pratique. Le choix de ce nouveau médium s’inscrit dans son désir de répondre en tant qu’artiste à la crise qui déchire alors la Yougoslavie. Du fait des liens familiaux et sociaux qui la rattachent au territoire yougoslave, elle a suivi de près le conflit depuis son déclenchement dix ans plus tôt. Les Paysans (2000), fait partie d’un cycle de vidéos et films documentaires portant sur la responsabilité individuelle et collective face au conflit yougoslave. Le documentaire occupe une place de premier plan dans la démarche de Florence Lazar depuis cette époque. Ce cycle culmine en 2014 avec son troisième long-métrage, Kamen (Les Pierres). Le film met au jour des tentatives – sur les plans religieux et culturels – de réécrire le passé dans le but de renforcer le déni de responsabilité plutôt que de le combattre. En 2008, elle renoue avec son travail antérieur sur 
le portrait en réinvestissant de façon novatrice la photographie documentaire. La série d’images qui en résulte montre des supports imprimés liés à l’itinéraire politique de son père. Le fils de l’artiste y joue à la fois le rôle de modèle et de lien entre les générations, comme dans la vidéo Confessions d’un jeune militant, où il assiste son grand-père dans la présentation des ouvrages qui ont marqué sa formation intellectuelle. En passant d’une des principales sources de la formation de soi à une autre – de la famille à l’école –, Florence Lazar produit un ensemble de trente-cinq photographies inauguré en 2016 dans le cadre de la commande du 1% artistique pour le collège Aimé-Césaire, dans le 18e arrondissement de Paris. Hommage à la célèbre figure éponyme de l’établissement, l’œuvre réalisée en étroite collaboration avec les élèves fait valoir qu’une approche objective du passé colonial français, loin de perpétuer les clivages sociaux et raciaux ou une culpabilité nationale, peut conduire à une reconnaissance commune de l’histoire.
125 hectares (2019), revient au thème pastoral introduit par Les Paysans. Ce film s’inscrit dans une enquête entamée en Martinique, terre natale de Césaire, sur les conséquences écologiques et sanitaires à long terme de la chlordécone, insecticide cancérigène utilisé pendant plus de vingt ans dans les bananeraies de l’île. Son film Tu crois que la terre est chose morte (2019) tiré de la pièce Une tempête de Césaire – adaptation postcoloniale de La Tempête de Shakespeare – évoque non seulement les ravages écologiques du colonialisme, mais également les potentialités émancipatrices de l’histoire.

Dean Inkster/ Sandra Cattini in Tu crois que la terre est chose morte, Jeu de Paume 2019
Expositions personnelles
2019 
·
"Tu crois que la terre est chose morte... c'est tellement plus commode! Morte alors on la piétine...", Jeu de Paume, Paris, France
 
·
"Was warst du ohne mich", Kunstmuseum Dieselkrafwerk Cottbus, Cottbus, Allemagne
2016 
·
Inauguration au collège Aimé Césaire, commande dans le cadre du un pour cent artistique, Paris 2016
2012 
·
Les Bosquets, Espace croisé, centre d'art contemporain, Roubaix
2011 
·
Périphérie, Ping-pong vidéo, Le bel ordinaire, Billère, F
2010 
·
Faire, Musée d'Art Moderne de la ville de Paris, salle noire, commissaires F. Michaud, S. Cattini, Paris, F
2009 
·
Les Gardiens, Centre culturel Victor Hugo, Ploufragran France
 
·
Florence Lazar, exposition en ligne, Tank TV, England
 
·
A chacun ses étrangers? France-Allemagne de 1871 à aujourd’hui
2008 
·
Contrôler aujourd’hui pour décider demain, Fort du Bruissin, Francheville, F commissaire Sandra Cattini
2007 
·
Ja volim vas ja volim vlast, Centre d’art Passerelle, Brest, F commissaire Ulrike Kremeier
 
·
Florence Lazar, Vidéo et Après, Beaubourg, commissaire Christine Van Assche
2003 
·
Florence Lazar, Abbaye de Saint-Vincent, Le Mans,F
2002 
·
Florence Lazar, Cabinet graphique du Musée de Grenoble,F
2001 
·
Das Experiment, cabinet graphique, Secession, Wien, Autriche Institut Français de Berlin, Allemagne
 
·
Suzanne Lafont&Florence Lazar, Galerie Anne de Villepoix Kunstverein Leipzig projektgalerie, Leipzig, Allemagne
 
·
Ja volim vas, ja volim vlast, Je vous aime, j’aime le pouvoir, Le Triangle, Rennes, F co Yvette Legal
2000 
·
Ja volim vas, ja volim vlast. Je vous aime, j’aime le pouvoir, La Galerie, Noisy-le-sec,F commissaire Hélène Chouteau
 
·
Ja volim vas, ja volim vlast, Pattform, Berlin, commissaire U. Kremeier
1997 
·
Faces, Le Triangle, Rennes, F, commissaire J.M Hutorel
0000 
·
Ajouter nouvelle entrée
Expositions collectives
2018 
·
"Je me souviens. Images-oiseaux", La Terrasse, espace d'art de Nanterre, France
 
·
"Priroda, drustvo i druge price", Annale, Porec, Croatie
2013 
·
Sur un pied d’égalité, Centre d’art La passerelle, Brest
2012 
·
Reassemblages, Artium Contemporary Art Museum, Vitoria-gasteiz, Spain, commissaire Montse Romani
 
·
Venez voir, Le triangle, Rennes, F
2011 
·
CA,Asi, Palais de cristal,Venise, commissaires Pascale Cassagnau, Pascal Beausse
 
·
Anarchisme sans adjectif, commissaires Dean Inkster, Sébastien Pluot, CAC, Brétigny sur Orge. F
 
·
Vidéo Village, Tours, F, commissaire Eternal network
2010 
·
The Yvonne Rainer Project, BFI Gallery, London, commissaire Chantal Pontbriand
 
·
Vidéozone-5, Selected Woks from the Centre Pompidou’s New Media Collection, centre d’art d’Herziliya, Israël
 
·
Elles@centrepompidou, collection du Centre Pompidou, Paris
 
·
Faux amis/Vidéothèque éphémère, Jeu de Paume, Paris
 
·
Encore et encore,1re Biennale de Belleville, Contexts,co Pierre Marsaa
 
·
And the moral of the story is... Witte de With, Rotterdam co Zoé Gray
2009 
·
La vie barrée, IAC, Villeurbanne, commissaire S Cattini F
 
·
Seen,unseen,scene, Centre d’art Passerelle, Brest
 
·
V.O.S.T. OV/OT, Bruxelles, Belgique
 
·
Etrangers, Fremde, Bilder in Deeutschland und Frankreich seit 1870, Deutsches Historischess Museum, Berlin, Allemagne
2008 
·
Vidéo, un art et une histoire, Montpellier commissaire.C. Van Hassche
 
·
Politiques de la vision, Forde, Genève, Suisse, commissaire Emilie Bujes
 
·
Where the lions are, Sheung Wan Civic Centre, Hong Kongcommissaires F. Piron& T. Berger
 
·
Esto no es una exposicion ,Centro de arte contemporaneo, Huarte,Espagne, commissaire Carles Guerra
 
·
A chacun ses étrangers?, Cité nationale de l’histoire de l’immigration,commissaire Ulrike Kremeier
2007 
·
Investigations, Maison Descartes, Amsterdam, Holland, commissaire P. Beausse
 
·
Frontières, ODDC, St Brieux, F
2006 
·
Vidéos 2, Maison des arts, Malakoff, F
2005 
·
(K)eine ganz andere Welt, Plattform, Berlin, Allemagne
2004 
·
«Ficcions» documentals», Caixaforum, Barcelone, E, commissaires JP Rehm&Marta Gili
 
·
Strangers to ourselves, St John Street, London, Angleterre
 
·
Frohe Zukunf, Halle fur Kunst, Lueneburg, Allemagne
 
·
France, Terre d’accueil, Teddy Gallery, Jerusalem, Israël
2001 
·
Situations, Immanence, Paris, F
 
·
Fiction théorique, The Villa, Tel-Aviv, Israël
2000 
·
Pose, Pause, Galerie Anne de Villepoix, Paris, F
1997 
·
Instants donnés, Musée d’art moderne de la ville de Paris, co L. Bossé
1996 
·
Mauvais Genres, Ancien Collège des Jésuites, Reims,F.co J.M Huitorel
Projections
2019 
·
Ateliers des horizons, Magasin de Grenoble, France
 
·
IDFA festival, Amsterdam, Hollande
2018 
·
Atelier Hors-champs- La Lucarne d'Arte, Fid Marseille, France
 
·
MSU, Zagreb, Croatie
2017 
·
Videobox Festival, Le Carreau du temple, Paris, France
2016 
·
Dans le cadre de la programmation "After the Rain", Silencio, Paris
 
·
Dans le cadre de la programmation "Librairies of the Future", Museum on/off, Centre Pompidou, Paris
 
·
Dans le cadre de la programmation "Comment ça va?", Oil Space, Hong-Kong
 
·
Cycle de Projection Mumabox, Muma, Le Havre
2015 
·
After Landscapes, Centre d’Art Contemporani Fabra i Coast, Barcelone
 
·
Art of the Real, Film Society Lincoln Center New York, NY
2014 
·
Écran tout-monde,Théâtre du Verbe incarné, Festival off Avignon
 
·
Dans le cadre de "The Yvonne Rainer Project, De la chorégraphie au cinéma", Jeu de Paume, Paris
 
·
Festival international du cinéma méditéranéen, Cinemed, compétition Internationale du documentaire, Montpellier
 
·
Cinéma du réel, compétition française, Cinéma du réel, Centre Pompidou, Paris
2013 
·
Numeros Godard, retourner un film, Cinémathèque française, Paris
2012 
·
Myths in the making, Centre d’art contemporain, Netwerk, Belgium
 
·
Les Bosquets, Point Ligne Plan, La Fémis, Paris
2011 
·
L’histoire, toutes les histoires, Dim cinema pacific, Vancouver, Canada
 
·
Les Bosquets, 98 Videos, Beyrouth, Liban
 
·
Intempestif, indépendant, fragile, Le cratère, Toulouse, F
 
·
Images latentes, images frappantes, Médiathèque L Aubrac, Ganges
 
·
Images latentes, images frappantes, Médiathèque L Aubrac, Ganges
2010 
·
International Women Film Festival of Barcelona,programme conçu par Montse Romani et Virginia Villaplana
 
·
Soirée Flare, Languedoc-roussillon Cinéma, Montpellier
2009 
·
Autour du procès d’Ovcara, Université de ST Denis, avec J. Hubrecht, chercheur JILC
2008 
·
Pas d’histoires, South London Gallery, Londres/ Pas d’histoires, in French Connection, Cambridge, c Anne-Sophie Dinant
 
·
Impossible représentation de la guerre, Conversations européennesJeu de Paume commissaire N Petresin
 
·
Politique de l’image, image du politique , Centre d’art Passerelle. Brest
 
·
Prvi deo, Ecole Régionale des Beaux-arts de Cambrai, Cambrai
 
·
Visit, Kuenstlerhaus Stuttgart,Allemagne
2007 
·
Point-Ligne-Plan, La Fémis, Paris
 
·
Vidéo et Après, carte blanche à Elvan Zabunyan, Beaubourg Kunsthalle de Budapest, Budapest
 
·
Impakt Festival, Ultrecht, Hollande
 
·
Festival du film Cinéma et Justice, La Haye, Hollande
 
·
Cinéma Le Spoutnik, Genève
2006 
·
Sélection française Festival international du documentaire de Marseille.
 
·
L’expérience documentaire, Musée Guggenheim, Bilbao, E. commissaire. E.Tibloux
 
·
Festival Tubingen-Stuttgart, Allemagne co JP Rehm
 
·
Rencontres internationales Paris-Berlin, Théâtre de la villette, Paris
2004 
·
Revue Multitudes, Public, Paris,F
 
·
Kiosque vidéo 1, Athéneum, Université de Bourgogne, F
 
·
Un inventaire contemporain 2, Galerie Nationale du jeu de Paume, P
 
·
L’envers des villes, l’artiste comme journaliste, Espace Paul. Ricard, Commissaire Pascal Beausse
2003 
·
Caméra Nova, Festival international du documentaire de Marseille,F
Prix et bourses
2014 
·
Prix de l’Institut français Louis Marcorelles, décerné par le jury de la compétition française, festival Cinéma du réel, Centre Georges Pompidou pour le film Kamen, 2014
2012 
·
Prix Qualité Centre national de la cinématographie pour le film Les Bosquets
Publications
2019 
·
Initiales n°13, Ecole nationale des beaux-arts de Lyon
 
·
Tu crois que la terre est chose morte, Jeu de Paume
2016 
·
Zapperi Giovanna (dir.), L’Avenir du passé, art contemporain et politiques de l’archive, Rennes, Presses universitaires de Rennes
2014 
·
Caillet Aline (dir.), Dispositifs critiques. Le documentaire, du cinéma aux arts visuels, Rennes, Presses universitaires de Rennes
2013 
·
« Expérience de la traduction, langues de la transmission », in Alison James et Christophe Reig (dir.), Frontières de la non-fiction, littérature, cinéma, arts, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, Nadia Fartas
 
·
Sagradini Lucia, «Exp(l)oser le temps. Clarisse Hahn & Florence Lazar», Multitudes no 51, printemps 2013, p. 36-42.
2012 
·
Dean Inkster, Libelle n°15, édition d'artiste, Rosacape
2011 
·
Sagradini Lucia, «Hybris, critique et sauvetage», Multitudes, n° 44,
2010 
·
"Micropolitiques de la visibilité: Florence Lazar "Rue Descartes, vol 1, N°67, Quel sujet de la politique"
2009 
·
A chacun ses étrangers? France-Allemagne de 1871 à aujourd'hui, Arles, Actes Sud/Paris, cité nationale de l'histoire de l'immigration, 2009
2007 
·
Cassagnau Pascale, Future amnesia. Enquêtes sur un troisième cinéma, Paris
2006 
·
Festival international du documentaire de Marseille, journal du festival
2005 
·
Portfolio de Florence Lazar, L’Inventaire, no 6, « Identité »
2004 
·
Ficcions’ documentals, Palma, Fundació “la Caixa”
2003 
·
Festival international du documentaire de Marseille, journal du festival
 
·
Strangers to ourselves
 
·
Gestes, Printemps de Septembre
 
·
Double page, Journal du CNP
2002 
·
Florence Lazar, Grenoble, musée de Grenoble, textes de Christine Poullain et de Pascal Beausse
2000 
·
J’ai vu la gorgone et je ne suis pas mort, journal de l’exposition, Noisy-le-Sec, La Galerie Noisy-le-Sec, texte de Marie de Brugerolle
1997 
·
Instants donnés, Paris, Paris- Musées / Les Amis du musée d’Art moderne de la Ville de Paris, France
1996 
·
Mai de la photo 1996. Questions de genre, Reims, Ville de Reims
Filmographie
2019 
·
125 Hectares, 33'
 
·
Tu crois que la terre est chose morte, 70'
2014 
·
Kamen - Les pierres, 65'
2011 
·
Les Bosquets, 51’
2009 
·
Les Gardiens, 16’
2008 
·
Le prière, 20’
 
·
Confession d'un jeune militant, 32’
2007 
·
Le lieu de la langue, 12’
2006 
·
Étoile Rouge, 12’ coréalisé avec R. Grisey
 
·
Prvi deo, 85’ coréalisé avec R. Grisey
2002 
·
Les femmes en noir, 12'
2000 
·
Les Paysans, 18'
 
·
Otpor, 12'
1999 
·
Confrontation, 20'

Je me souviens qu’en juillet 1995, alors que l’on commémorait
la rafle du Vel’ d’Hiv, avaient lieu dans le même temps
les massacres de Srebrenica. Ce que l’on pensait à tout jamais révolu en Europe se répétait sous une autre apparence. Les événements, avais-je pensé à l’époque, ne sont pas à la hauteur de nos fantasmes politiques : nous ne sommes pas capables
de reconnaître ce qui se passe au présent.

Je me souviens aussi qu’en mai 1999, pendant la guerre au Kosovo, les journalistes occidentaux dépêchés sur le terrain, marqués par leur gestion de l’image de la guerre du Golfe et aussi par celle du scandale des faux charniers de Timisoara en Roumanie, s’adressaient aux réfugiés Kosovars au conditionnel, comme s’ils n’étaient qu’une apparence de la vérité.

Ces réflexions n’ont jamais cessé de m’habiter, et j’ai fait de ce territoire bouleversé, observatoire aigu de la construction des identités et des idéologies dans l’Europe post-communiste, un de mes territoires de travail depuis déjà quelques années.

J’ai réalisé des films en ex-Yougoslavie, en Serbie, au Monténégro et en Croatie, tous en rapport direct avec les événements qui se sont succédé dans le pays : la fin des guerres (1999), la chute de Milosevic (2000), la création d’une cour spéciale pour crime de guerre à Belgrade (2004). Souvent, ils prennent pour point de départ un fait de micro-histoire, un récit ou une rencontre inattendus qui permettent d’ouvrir une brèche dans des événements complexes et traumatiques. C’est le cas des récits recueillis dans Etoile rouge ou dans Les paysans. Ou bien à travers une discussion dans Les femmes en noir. Ou encore dans Prvi deo, une enquête marquée par l’impossibilité de restituer une narration linéaire du massacre d’Ovcara, en Croatie.

Selon moi, la guerre dont ont été victimes les territoires de l’Ex-Yougoslavie problématise les constructions idéologiques extrêmes qui se sont manifestées au sein de l’Europe tout au long du 20ème siècle. Il semble que l’Europe actuelle n’arrive pas à prendre la mesure de ces enjeux, à l’image des anciennes puissances coloniales européennes qui à la veille de la première guerre mondiale n’ont pas perçu les enjeux nationalistes à l’œuvre sur ce même territoire.